[Grand Conseil - Question simple] Comment sera assurée, dans le cadre de la promotion des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver 2020, la promotion des communes directement impactées par les jeux, notamment les communes de l’Ouest lausannois ?

Question simple déposée par Alexandre Rydlo lors de la séance du Grand Conseil de mardi 06.09.2016

Monsieur le Président,
Mesdames, Messieurs,

Les Jeux Olympiques d’été de Rio viennent de s’achever et, comme toujours à la fin d’un pareil évènement, on parle déjà des prochains, soit ceux de Tokyo en 2020.

Les intérêts économiques n’attendent pas et c’est donc dès maintenant que toute la machine promotionnelle des Jeux Olympiques de Tokyo se mettra en marche, sans parler, bien évidemment, de la machine sportive…

Or, en 2020 auront aussi lieu les Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver à Lausanne, précisément du 10.01 au 19.01.2020. Ces jeux seront l’occasion pour notre canton de faire sa promotion.

Sur le site Internet de cet évènement à venir, on peut ainsi lire les informations suivantes.

7 sports – 15 disciplines – 370 médailles !
1’000 athlètes du monde entier !
Une grande fête internationale, multiculturelle, en plein cœur de la ville !
Participants de 15 à 18 ans !
1’000 journalistes de 70 pays !
1’400 bénévoles !
70’000 nuitées d’hôtel !
20’000 articles de presse dans le monde !
Une visibilité unique pour nos hautes écoles !
Le ski alpin aux Diablerets, le freestyle à Leysin, le skicross à Villars, le ski de fond au Brassus, le combiné et le biathlon aux Tuffes/Prémanon, le curling à Morges !
Les sports de glace, les cérémonies et la fête à Lausanne !
Un événement ouvert à tous !
Une superbe plateforme pour notre tourisme !
Et tout ceci, depuis le centre de l’olympisme moderne !

Fort bien, et on se réjouit, mais tout ceci, très étonnement, ne mentionne pas que :

  • le village olympique où résideront les athlètes, appelé le « Vortex » (encore à construire), se trouvera à Chavannes-près-Renens ;
  • la patinoire (encore à construire), où se dérouleront 3 types d’épreuves, se trouvera à Prilly ;
  • le centre sportif de l’UNIL-EPFL, où se déroulera un type d’épreuves, se trouve à St-Sulpice.

En outre, dans la brochure de présentation (en anglais) « Lausanne 2020 at a glance » on ne trouve aucune mention de l’une ou l’autre des communes de l’Ouest lausannois, pas plus d’ailleurs qu’une mention de la ville de Morges…

Aussi, en complément aux questions pertinentes au sujet de l’organisation des JOJ 2020 posées par le Député écologiste Vassilis VENIZELOS dans son interpellation « Pour que les JOJ ne gogent pas dans la papette », je pose la question suivante au Conseil d’Etat.

Comment sera assurée, dans le cadre de la promotion des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver 2020, la promotion des communes directement impactées par les jeux, notamment les communes de l’Ouest lausannois ?

Le soussigné trouverait légitime qu’une promotion équitable entre communes impactées soit réalisée…

Merci de nous renseigner !

Chavannes-près-Renens, 06.09.2016

Alexandre Rydlo, Député socialiste

Publié dans Alexandre Rydlo, Grand Conseil, Questions simples | Marqué avec | Commentaires fermés

Bel été

Le PS Chavannes vous souhaite un bel été ! :-)

Publié dans Communiqués de presse | Commentaires fermés

[Interpellation] A quand des patrouilleurs scolaires sur la commune ?

Madame la Présidente,
Mesdames, Messieurs,

Avec environ 200 élèves au Collège de la Plaine, 200 élèves au Collège de la Concorde et 650 élèves au Collège de la Planta, notre commune voit chaque jour un peu plus de 1’000 élèves déambuler dans ses rues.

Si une partie d’entre eux est déposée devant les portes de l’école en voiture, l’immense majorité des élèves se rend à l’école à pied, soit tout seuls ou avec d’autres élèves, soit accompagnés par un adulte, qu’il s’agisse de l’un des parents ou d’un autre parent. Dans ce cas, toutes ces personnes, élèves comme parents, empruntent les trottoirs de la commune et bon nombre de passages piétons, certains protégés par des feux mais d’autres pas. Certains élèves et parents se rendent aussi en bus à l’école, mais ce n’est qu’une minorité.

Sachant que notre commune vit et vivra encore quelques années de nombreux travaux et une augmentation du trafic routier, augmentant par là le risque d’accidents de la route, et sachant que les élèves ne sont jamais à leur âge tous bien conscients des dangers de la route, sans parler du fait que, de par leur jeune âge ils sont souvent dissipés, il convient de sécuriser au maximum les endroits par lesquels les enfants se rendent à l’école et sont amenés à côtoyer ou à croiser le trafic routier.

Plusieurs manière de sécuriser ces axes existent. On peut par exemple installer des barrières de séparation/protection aux endroits critiques, installer des feux de signalisation aux passages piétons et/ou installer des radars. Une manière aussi intéressante et efficace de protéger un croisement entre piétons et trafic routier à l’endroit d’un passage piétons est la mise sur pied d’équipes de patrouilleurs scolaires.

Aussi, les soussignés posent-ils à la Municipalité les questions suivantes par voie d’interpellation :

  1. Quelle est l’appréciation de la situation de la Municipalité quant à la sécurité des axes piétonniers et des passages piétons empruntés par les élèves pour se rendre à l’école ?
  2. Quelles sont les mesures d’infrastructure que la Municipalité compte prendre pour améliorer/renforcer la sécurité de ces axes, et à quelles échéances ?
  3. S’agissant des patrouilleurs scolaires, quelles sont les démarches que la Municipalité a entreprises jusqu’à aujourd’hui pour mettre sur pied de telles équipes ?
  4. Dans l’hypothèse où la Municipalité devait estimer avoir entrepris suffisamment de démarches, quelles sont les raisons qui font qu’il n’y a toujours aucune équipe de patrouilleurs scolaires en service sur la commune ?
  5. Toujours dans cette hypothèse, la Municipalité estime-t-elle avoir rendu la fonction de patrouilleurs scolaires à la fois intéressante pour le bien de la communauté, et suffisamment attractive financièrement pour les personnes potentiellement intéressées ?
  6. Y aura-t-il enfin des équipes de patrouilleurs scolaires en service sur la commune le jour de la rentrée scolaire 2016/2017, soit le lundi 22.08.2016 ?
  7. Dans l’hypothèse d’une réponse négative à cette précédente question, quand y aura-t-il enfin des équipes de patrouilleurs scolaires en service sur la commune ?

Merci pour votre attention.

Chavannes-près-Renens, 23.06.2016

Filomena Arn et Alexandre Rydlo, Conseillers communaux socialistes

Publié dans Alexandre Rydlo, Conseil communal, Ecoles, Education, Familles, Interpellations, Jeunesse, Sécurité, Transports | Marqué avec | Commentaires fermés